Le phénomène du dégazage dans une éruption volcanique

1) Gaz volcaniques

Lors d'une éruption dans un volcan, une quantité colossale de gaz volcaniques s'échappe du cratère, qui étaient auparavant dissous dans le magma. Nous l'avons observé lors de notre troisième expérience où nous avons bouché le cratère avec un peu de pâte du volcan. Malgré le fait que cette expérience n'est pas marchée (on aurait dû avoir le bouchon projeté par la pression exercée par les gaz) nous avons pu quand même observé un dégagement gazeux. Par conséquent, dans une éruption volcanique, des gaz se forment.

2) Le dégazage

a) Influence de la viscosité de la lave

Au départ, lorsque le magma remonte des profondeurs de la Terre, tous les gaz sont encore dissous dans la masse en fusion du fait de la pression élevée. Plus il s'approche de l'ouverture du cratère, plus la pression décroît. Les gaz se séparent alors du magma et forment des bulles qui remontent vers le haut. Si le magma contient peu de silice, et est à des températures relativement élevées il lui est plus facile de libérer les gaz, et les éruptions sont donc effusives et moins violentes, avec des coulées de lave incandescentes qui se répandent sur les flancs du volcan .

En revanche, si le magma contient beaucoup de silice, il est très pâteux et dégaze difficilement. Lorsque apparaît un magma de ce type, il se forme, une pellicule résistante, voire un bouchon qui obstrue la cheminée du volcan. Si sous ce bouchon la pression augmente trop, le mélange est expulsé et projeté dans les airs et retombe sur le sol sous forme de cendres, de bombes, l'éruption est explosive et donc très violente et peu provoquer une nuée ardente.

Par conséquent, le dégazage des magmas est un phénomène déterminant dans le déclenchement d'une éruption et dans le type éruptif.

On remarque donc que la composition de la lave d'un volcan (surtout dans sa teneur en silice) détermine la façon dont le dégazage se produit pendant l'éruption.

b) Composition des gaz

Ces gaz émis ont une température qui varie aux alentours de 1000°C et sont principalement constitués de vapeur d'eau (50 à 90 %), de dioxyde de carbone (de 5 à 25 %) et de dioxyde de soufre (3 à 25 %). Il existe d'autres éléments volatils présents : le monoxyde de carbone, le chlorure d'hydrogène, le dihydrogène, le sulfure d'hydrogène. A la surface du volcan, la présence de fumerolles traduit le dégazage de magma en profondeur, ce phénomène peut former des cristaux de soufre le plus souvent.

Ces gaz sont très dangereux et par conséquent, des masques à gaz sont indispensables pour que les volcanologues puissent travailler lors des éruptions.

Pourtant, qu'il soit en éruption ou non un volcan émet toujours des gaz, constitués essentiellement de vapeurs d'eau. Les gaz à hautes températures, par leur origine profonde, présentent un grand intérêt pour les volcanologues. Ils s'échappent de façon diffuse, continue et invisible des flanc du volcan et sous forme de fumerolles. L'évolution de la composition chimique de ces gaz permet de suivre les risques d'éruption volcanique.

3) Conséquence du dégazage dans l'éruption

Un dégazage difficile provoques le plus souvent une nuée ardent, appélées coulées pyroclastiques, par les scientifiques, ces nuages éruptifs, denses et brûlants, maintiennent intimement en suspension des fragtions solides, liquides et des gaz pouvant dévaler les pentes à des vitesses terrifiantes et des températures de 200 à 900°C.

Bilan : La composition de la lave influence le dégazage dans une éruption volcanique et le dégazage difficile produit un dégagement gazeux violent d'une éruption explosive, dûe à la teneur en silice élévée de la lave.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site